Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Mark Plamondon
« Aucune rançon contre le permis d’Ambatovy »
 
Economie - Mark Plamondon
Le président directeur général d’Ambatovy a accepté de livrer ses réponses à toutes les questions que beaucoup se posent sur le projet, sur les risques que représente l’usine de Toamasina, et sur le récent accord financier qu’il a signé avec le gouvernement malgache pour l’obtention de son permis d’opérer. Jeu de la vérité.
Le projet Ambatovy a prévu de commencer la phase d'exploitation au premier trimestre de cette année, où en êtes-vous réellement aujourd'hui ?

Ambatovy a terminé avec succès la mise en service de toutes ses installations à la Mine, au Pipeline, dans les sites annexes et à l’Usine de transformation. Maintenant que le gouvernement malgache a délivré le Permis d’Opérer, nous allons commencer la production de nickel et de cobalt. Nous sommes fiers de pouvoir y procéder puisque le nickel sera bientôt le produit phare d’exportation de Madagascar. Les premières briquettes de nickel et de cobalt ont été produites. Comme vous le savez, Ambatovy est conçu pour produire des briquettes de nickel et cobalt raffinées qui correspondent aux spécifications du London Metal Exchange (LME). Le premier envoi à l’exportation se fera dans les prochaines semaines. Une délégation interministérielle comprenant le ministère des Mines et celui des Finances, à travers le service des douanes, a récemment effectué une visite technique et un examen de nos procédures d’exportation à l’usine de Toamasina. Les exporta- tions seront vérifiées de manière continue. Pour faciliter cela, le ministère des Mines mettra en place un bureau d’inspection sur le site même.

La population de Toa­masina va-t-elle percevoir des changements majeurs lorsque la phase de production va démarrer de façon effective ?


Ambatovy se conforme avec les normes environnementales les plus élevées. Le démarrage de la production n’est généralement pas susceptible de causer des changements dans la communauté locale en termes de bruits, d’odeurs ou de fumée selon l’évaluation de l’impact environnemental d’Ambatovy qui a été réalisé en conformité avec le décret MECIE de Madagascar et les normes internationales relatives à Ambatovy. L’augmentation des trafics ferroviaires sera le changement notable qui va accompagner l’accroissement de la production puisque les produits finis de nickel et cobalt seront transportés jusqu’au port de Toamasina.

Que pensez-vous des doutes soulevés sur les compétences et la capacité de l'administration à prendre les responsabilités d'octroyer l'autorisation d'opérer à une usine aussi sophistiquée ?

Ambatovy est fière d’être une compagnie citoyenne responsable à Madagascar et a travaillé en toute coopération avec le comité technique des ministères des Mines, celui de l'Industrie et d'autres ministères concernés au cours des trois dernières années afin de déterminer les conditions techniques précises requises pour que nos installations soient en toute sécurité. Tout au long de cette période, Ambatovy a toujours respecté les exigences légales nécessaires pour obtenir son permis d'exploitation. En outre, nous respectons les exigences de la Loi sur les grands Investis­sements Miniers (LGIM).

L'usine ultramoderne de Toamasina est unique au monde, un prototype, comment dans ce cas peut-on maîtriser tous les risques ?


Notre usine de Toamasina utilise une technologie prouvée qui a été utilisée dans des exploitations du monde entier depuis des décennies. Il s'agit d'une version moderne de ce que Sherritt Interna­tional Corporation a utilisée depuis plus de 50 ans. La raffinerie de Sherritt est située près d’une ville en Alberta au Canada. Les dizaines d’années d’expériences de Sherritt procurent à Ambatovy un haut degré d'excellence technique dans la maîtrise et la prévention des risques industriels. En outre, notre attention permanente sur la santé et l'amélioration de la sécurité nous permet de mitiger les risques potentiels. Depuis l’émission de dioxyde de soufre à l'usine d'Ambatovy en Février, nous avons mis en place des systèmes supplémentaires de détection et de gestion pour détecter les éventuelles anomalies, afin d’apporter les rectifications nécessaires et de continuer à protéger la santé de nos employés et de la communauté locale.

Ne représente-t-elle pas un danger avec la proximité de l’agglomération urbaine de Toamasina ?

En tant que compagnie responsable, la santé et la sécurité des employés et des communautés riveraines sont les premières priorités d’Ambatovy. Pour honorer cet engagement, Ambatovy a effectué une évaluation approfondie de l'impact environnemental avant de commencer la construction des installations. Tous les programmes de sécurité d'Amba­tovy sont mis en œuvre selon des procédures spécifiques qui sont conformes aux normes industrielles les plus performantes au monde et aux règlementations malgaches. Il convient de noter que nos bureaux, avec des milliers d’employés, sont situés sur la même zone que l’usine, et nos cadres, y compris moi-même, vivons sur le site de l’usine.

Sous quelles conditions l’autorisation provisoire que vous avez obtenue deviendra-t-elle définitive d’ici six mois ?

Le gouvernement malgache a accordé un permis d'opérer pour une période de six mois, renouvelable automatiquement pour la durée de l’exploitation, c’est-à-dire, la durée de vie de la mine. Nous estimons avoir rempli toutes les exigences techniques, de sécurité et légales requises pour l’obtention du permis d’opérer permanent, et nous nous attendons à un renouvellement automatique de ce Permis.

Finalement, Ambatovy n'a-t-il pas cédé à une sorte de chantage ou même à du racket déguisé pour obtenir cette autorisation ?

Ambatovy n’a versé aucune somme à quiconque, ni aucune autorité gouvernementale en échange du Permis. Ambatovy respecte les lois et normes internationales qui exigent une éthique et des pratiques d’entreprise transparentes qui interdisent les paiements inappropriés aux responsables gouvernementaux. En outre, Ambatovy dispose d’un code de conduite et de politiques d'entreprise sur la lutte contre la corruption et l'éthique des affaires qui interdisent également les paiements inappropriés. Notre communiqué de presse concernant l’octroi du permis donne des précisions sur les conditions relatives au protocole d'accord que nous avons signé avec le gouvernement. Toutes ces conditions sont du domaine public et sont conformes aux normes internationales.

Quelles sont ces conditions ?

Elles comprennent un accord pour créer une caution environnementale d'une valeur de 50 millions de dollars. Ce fonds sera disponible pour payer les dépenses relatives aux remises en état et restaurations et environnementales dans le cas improbable d'une violation éven- tuelle des lois en vigueur qui régissent les obligations environnementales et de restauration d’Ambatovy. Ce fonds de cautionnement ne peut être débloqué que dans le cas où Ambatovy ne parvient pas à remédier à un tel manquement. La caution d’Ambatovy sera financée par des lettres de crédit, et, afin d’assurer la transparence et l’obligation de rendre compte, il sera maintenu en mains tierces par une institution financière indépendante. Les instruments de garanties financières comme celui-ci sont très fréquents dans les opérations minières.

L'accord prévoit 25 millions de dollars supplémentaires pour les actions sociales, quel genre de projets vont être financés par ce fonds ?

L’engagement de la responsabilité sociale d’Amba­tovy (CSR) s’élevant à 25 millions de dollars durant les deux prochaines années est en accord avec nos activités d'investissement social précédentes. Cet accord formalise nos dépenses en rapport avec notre responsabilité sociale d’entreprise sur des projets d'investissements sociaux qui sont prioritaires dans les régions où nous menons nos activités et à Madagascar. Ces projets seront tous gérés et supervisés par Ambatovy au cours des deux prochaines années, en conformité avec nos politiques et procédures actuelles en matière d'engagement social, y compris l’attribution des marchés. Ce qu’on va obtenir avec ce nouveau programme, c’est l’amélioration de notre coordination de ces projets avec le Gouver­nement et les régions dans le processus d'identification des projets prioritaires pour le peuple malgache.
Durant les 6 années où Ambatovy a été active à Madagascar, nous avons soutenu de nombreux projets pour offrir de meilleures possibilités économiques dans les communautés où nous menons nos activités. Par exemple, nous avons construit un nouveau marché d’une valeur de 1,3 milliards d'Ariary à Toamasina et un by-pass de 11 km reliant le port de Toamasina à notre site d'usine. Nous allons bientôt finir aussi une autre route de 1,7 km à Moramanga. À Toamasina, nous sommes en train de rénover des bâtiments à l'Université. Nous avons également fourni du matériel et fournitures médicales d'une valeur de plus de 5 milliards d'Ariary aux centres de santé entre Toa­masina et Moramanga par le biais d'un programme mené conjointement avec le Projet américain CURE.

Beaucoup pensent que cet argent va servir indirectement à la pré-campagne présidentielle, qu'en pensez-vous ?

Ambatovy favorise la transparence dans tout ce que nous faisons. En raison de cet engagement, tout ce qui concerne nos dépenses relatives aux projets sociaux fera l’objet d’une communication transparente et fera partie de notre rapport d’entreprise habituel. Je tiens à réaffirmer que le travail sera effectué directement par Ambatovy dans le cadre de ce portefeuille de projets sociaux, dans le respect de ses politiques et procédures existantes, y compris l’attribution des marchés, et devront respecter les normes internationales relatives et applicables aux programmes de développement social et infrastructure.

Ambatovy a trouvé et engagé une somme aussi astronomique en un temps aussi court, cela ne confirme-t-il pas certains critiques sur les superbénéfices que tirera le projet sur la richesse de Madagascar ?

Les investissements des actionnaires dans Ambatovy constituent un engagement à long terme. Au cours des 7 années, ils ont investi plus de 5,5 milliards de dollars en capital et plus de 0,8 milliards de dollars dans d’autres dépenses du projet. Ils l’ont fait tout en sachant que les retours d’investissement s’étalent au cours de la vie de ce projet de 30 ans. Amba­tovy est l’un des plus grands investissements de capital entrepris en Afrique sub-saharienne.
Quand Ambatovy sera opérationnelle, la trésorerie générée par Ambatovy sera en premier lieu utilisée pour les paiements de redevances, les charges sociales et les remboursements de la dette avant qu’elle ne retourne aux nos actionnaires. Les redevances, taxes et frais que nous payons seront directement au profit de Madagascar. Notre décision de raffiner le nickel et le cobalt ici à Madagascar même, au lieu de l'envoyer ailleurs pour le traitement va générer d’importantes valeurs économiques supplémentaires pour Madagascar. En plus des frais et taxes, nous achetons aussi des quantités significatives de biens et service sur le marché local. En 2011 seulement, les achats de biens et services par Ambatovy ont été évalués à plus de 440 milliards d'Ariary. Plus de 8.000 agriculteurs bénéficient directement de la présence d’Ambatovy puisqu’ils nous approvisionnent actuellement en fruits et légumes. Ce n'est là qu'un des nombreux avantages d’Ambatovy pour Madagascar, sans parler de la création d'emplois, le transfert de compétences techniques, et le fait que le nickel deviendra l'un des produits d'exportation phares de Madagascar.

Mahefa Rakotomalala

Partager cette page

Repost 0
Published by

De La Vision Aux Actions

  • : Le blog des actions d'Andry RAJOELINA
  • Le blog des actions d'Andry RAJOELINA
  • : TRANSFORMER NOTRE VISION EN ACTIONS. Lancement de cette stratégie du Président Andry Rajoelina, le samedi 6 novembre 2010, au Palais des Sports de Mahamasina à Antananarivo
  • Contact

Dossiers