Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 07:15

 

 

 

 

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 06:26

 

TRADUCTION LIBRE


 

Mes Amis Malagasy à travers toute la Grande île,


 

C’est avec le cœur empli de joie et l’esprit ravivé de bonheur que nous sommes tous, ici, en ce mois de janvier de la nouvelle année 2013.

Il nous faut remercier et louer, en premier lieu, le Seigneur Tout-Puissant, Maître de toutes les choses et de notre destinée. Honneur et Gloire à Lui, au plus haut des Cieux !

 

Félicitations à tous les Malagasy, sans exclusive; félicitations à chaque foyer, et félicitations au peuple de Madagascar sans exception ainsi qu’à vous tous, présents en ce lieu, à l’occasion du Nouvel an.

 

Nous vous remercions, mon épouse et moi-même, des voeux que vous venez de nous adresser.

 

Puissent les heurts et malheurs disparaître avec l’année qui vient de s’achever et souhaitons que ce Nouvel an apporte bienfaits et réussite à chacun de nous. Que 2013 bénéficie de la Bénédiction divine pour la Nation Malagasy, tous les jours des 12 prochains mois que nous allons traverser!


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Cela fait quatre annés, à présent, que nous nous efforçons d’emprunter la voie du Changement. Nous avons lutté pour tenter de parvenir à cet objectif. Cela, sans toutefois tomber dans le piège infernal de la guerre civile.

 

La route était parsemée d’embûches de toutes sortes: un vrai chemin de calvaire jonché de croche-pieds, certains voulant à tout prix nous imposer des ordres concernant l’itinéraire à suivre.

 

La véritable valeur de notre lutte pour la liberté était, est et sera toujours hors de portée de l’esprit de ceux qui n’auront rien fait que de subir en se croisant les bras.

 

Et pour démontrer à quel point l’idéologie et ses bases qui nous guident sont précieuses; pour asseoir notre volonté à mettre en place ce Changement auquel nous aspirons, nous devons sans cesse nous dresser, nous relever.

 

Car, pour nous, la Liberté n’a pas de prix:


-Liberté de prise de decision,

-Liberté de choisir,

-Liberté de tracer notre propre route,

-Liberté d’élaborer notre propre visión de développement pour sa mise en oeuvre à Madagascar,

-Liberté de décider de gérer nos ressources et richesses propres à notre manière.


 

Que vous, moi, nous tous soyons jaloux de cette Liberté.


 

Cependant, mes Amis Malagasy, vous devez savoir que des menées à caractère de politique politicienne, machiavéliquement élaborées actuellement par certains esprits malintentionnés, nous empêchent d’avoir les coudées franches pour avancer vers notre objectif.

 

A mon sens personnel, les Malagasy ont le droit de choisir qui ils veulent. Et ce ne sont pas une, deux ou une poignée d’individus, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays qui pourront s’arroger le pouvoir de décider de la conduite à mener pour diriger notre pays, et de décider qui le dirigera.

 

Pouvons-nous l’accepter? Pouvons-nous fléchir face à cela?

NON. Nous ne pouvons pas l’accepter, nous ne pouvons pas fléchir parce que notre souveraineté nationale ne se brade pas !

 

Certains oiseaux de mauvais augure n’avaient-ils pas prédit que la durée du pouvoir de Transition ne dépassera pas une année, sans l’aide de la Communauté internationale?

 

Or, il a été prouvé que, durant ces presque 4 années, la machine administrative du pays a tourné sans grain de sable majeur.

 

Seuls ceux qui se sont bouché les oreilles, ceux qui ont fermé sciemment les yeux refusent d’admettre que des efforts ont été faits. Nous avons construit, nous avons bâti et nous avons laissé un héritage durable aux générations à venir.

 

52 ans après le retour de l’Indépendance, c’est bien la première fois que 8 hôpitaux aux normes internationales ont été construits simultanément, à travers tout Madagascar.

 

Il faut nous rappeler que la construction de l’hôpital d’Antsiranana remonte à 1899, c’est-à-dire il y a 113 ans.

 

N’est-ce pas la preuve que nous sommes en train de mettre en place le véritable développement régional ? Quand bien même nous sommes actuellement dans une période de transition.

 

Aucune région n’a été oubliée : que ce soit au Nord, au Sud, à l’Est, à l’Ouest, au Centre, chaque région a été dotée de ces nouvelles infrastructures hospitalières.

 

Qui osera encore déclarer l’inutilité des hôpitaux? Des hôpitaux pour soigner et guérir le peuple. Des hôpitaux pour sauver des vies; des hôpitaux pour traiter diverses maladies.

 

Effectivement, il existe plusieurs maladies à traiter à Madagascar. Malheureusement, il s’agit de maladies qui minent notre pays, les maladies de certains politiciens, quasi-incurables, comme:


 

-La maladie mentale fixée sur ses propres intérêts,

-La maladie du coeur qui bat pour chercher tous les moyens pour diviser les Malagasy,

-La maladie du ventre gargouillant de tous les abus de pouvoir,

-La maladie d’estomac de l’égoïsme exécrable,

-La maladie de la vision corruptive (car dès qu’il y a une odeur d’argent, ils deviennent subitement aveugles)

-La maladie du pouvoir absolu (même si elle mène à une mort certaine, elle leur semble irrésistible).


 

Si, depuis tout ce temps, nous n’avons pas avancé d’un pouce, et que nous continuons à patauger dans un bourbier jusqu’à présent, c’est parce nombreux sont encore ceux qui ne possèdent ni ne connaissent la bonne foi, la sainteté de l’esprit, le patriotisme.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Tournons vers le domaine sportif en général.

Nous venons d’être sacrés Champions d’Afrique de rugby. C’est un évènement à marquer d’une pierre blanche dans l’Histoire de notre pays!

 

Ne pas encourager nos sportifs, nos athlètes; ne pas les motiver pour qu’ils fassent encore mieux; ne pas les aider dans leurs efforts constants, signifie étouffer le feu de la fierté qui se trouve ancré en eux.

 

Et c’est pour les encourager et les motiver que nous avons construit le Temple du rugby à Andohatapenaka. Un terrain que quelqu’un avait destiné pour ses intérêts personnels, rappelons-le nous. Mais actuellement, y trône une infrastructure destinée aux générations présentes et à venir.

 

Pour rappel, c’est en 1937 qu’a été construit le Stade Malacam, seul et unique terrain de rugby existant à Madagascar. Et un terrain qui n’a jamais pu permettre l’organisation de matches de niveau international.

 

C’est 75 ans après que le rêve de posséder un Temple de rugby aux normes internationales, est devenu réalité. Infrastructure qui recevra, en 2014, la Coupe du monde de rugby catégorie junior. Ce qui n’est pas négligeable!

 

Lorsque les résultats sont palpables, incontestables, il est de notre devoir d’appuyer financièrement et matériellement nos sportifs et nos athlètes. Surtout lorsqu’ils sont parvenus à remporter une Coupe du monde.

 

Alors qui osera encore dire que le Temple du rugby ou “Kianja Makis” est inutile? Et qu’il était tout aussi inutile d’aider les joueurs de notre équipe nationale?

 

Si nous nous tournons vers le domaine de la Culture en général, la construction d’un grand complexe à vocation artistique est une grande première à Madagascar. Il s’agit du COLISEUM DE MADAGASCAR, unique dans cette partie de l’océan Indien et le plus grand de l’Afrique australe.

 

Ce n’est que de nos jours que le sort des artistes Malagasy, en général, fait l’objet d’attentions aussi particulières.

 

Qui osera encore dire que les artistes Malagasy ne méritent pas ces attentions? Nous nous sommes également penchés sur le sort des étudiants de l’enseignement supérieur. Ainsi, toutes les universités des six provinces bénéficient, à présent, d’une résidence construite en dur (“Tranobe fonenan’ny mpianatra”).

 

Faisant suite à la reconstruction de l’hôtel de ville d’Antananarivo, celui de la ville de Toamasina, réhabilité aux normes internationales, sera inauguré la semaine prochaine.

Par ailleurs, des centaines de villas mises en location-vente, et destinées aux jeunes ménages, ont été construites dans toutes les provinces.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Dans le domaine des Finances, nous avons pu rembourser, jusqu’à présent, toutes les dettes étouffant la Nation Malagasy.

 

Nous n’avons jamais utilisé la planche à billets et nous avons également pu maintenir de manière constante le taux et la valeur de l’ariary vis-à-vis des devises étrangères.


 

Ry Malagasy havako,


 

Il y a quatre ans, nous avons su, nous nous sommes préparés psychologiquement au fait, que la route menant vers la “Construction” et le “Changement”, serait difficile et pavée de pièges. Actuellement, la vie de la Nation se trouve à un tournant crucial de son parcours. Personne ne pourra dire ou oser dire que nous n’avons rien fait.

 

Malgré les embûches de toutes les sortes, malgré les campagnes de dénigrement, nous avons pu oeuvrer sans relâche et avons fourni de gros efforts. Les quolibets et les sarcasmes retourneront toujours vers leurs auteurs car, nous, notre leitmotiv demeure: notre réponse aux réactions stériles sera toujours des actions concrètes et palpables.

 

 

On nous a enlevé les aides ; on nous a enlevé les financements extérieurs; on nous a enlevé jusqu’à la reconnaissance. Mais il existe une chose que rien ni personne ne pourra nous enlever, à nous Malagasy: le Patriotisme.

 

Tompokolahy sy Tompokovavy,

 

Nous avons instauré une politique d’austérité au niveau du Trésor public, et nous avons amélioré notre système de gestion afin d’éviter toute gabégie et toute dépense inutile.

 

Pour résumer: nous avons travaillé de toutes nos forces pour relever des défis, et ils ont été réalisés, les objectifs ont été atteints.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Depuis quelques temps, la question sur les droits de l’homme fait l’objet d’un véritable matraquage.

La question qui se pose est: sur quoi reposent exactement ces droits de l’homme que nous devons respecter?

 

Le respect des droits de ces dahalo qui pillent et tuent dans discernement ? Ou le repect des droits des populations innocentes qui font l’objet d’attaques aveugles et sanglantes?

 

Les forces de l’ordre ont pris leurs responsabilités au péril de leur vie pour protéger les personnes et leurs biens. Or, un mystère plane car certains semblent jubiler du fait que Remenabila [chef des dahalo] n’a pas encore été capturé.

 

Comme certains jubilent du fait que l’application de l’AGOA est toujours suspendue. Ce qui a des impacts directs sur le quotidien de nombreux Malagasay devenus chômeurs depuis 4 ans.

 

Est-ce la traduction, dans la vie réelle, du dicton; “le malheur des uns fait le bonheur des autres”?

 

Voilà le genre de maladie qui gangrène notre Nation. Mais c’est la mentalité qu’il faut absolument guérir. Cette mentalité trouve sa source dans une vision de dépendance vis-à-vis de l’extérieur : mettre en pratique des idées contraires à la culture, au savoir Malagasy.

 

Ainsi, par exemple, parce que le mariage entre homosexuels et/ou lesbiennes est permis dans certains pays à l’extérieur, il faudrait aussi que cela soit autorisé à Madagascar, par respect des droits de l’homme?

 

Il en est de même en ce qui concerne la paix sociale.

La liberté est-elle synonyme d’anarchie? A quoi servent les médias?

-A diviser et à inciter au tribalisme ou à éduquer, à former la population?

-A apprendre à se rebeller et à fabriquer des bombes artisanales ou à servir de plateforme d’informations?

-A déverser des insultes ou à apprendre aux gens le respect?

-A éduquer ou à tromper le peuple en lui lavant le cerveau?

 

Dans ce domaine des médias en général, il existe des organismes et des textes dans notre pays, destinés à régir et catalyser toutes les dérives.


 

Ry Malagasy Namako,


 

A chacune de mes interventions, je rappelle qu’il est tout à fait possible d’augmenter le niveau de vie du peuple Malagasy avec nos ressources et nos richesses propres.

 

Ce que les Malagasy ont attendu des politiciens, particulièrement ceux qui dirigent, c’est de trouver tous les moyens pour une redistribution équitable de nos ressources terrestres, souterraines et halieutiques pour développer la Nation. Et non pas de laisser nos richesses exploitées par des entreprises étrangères ou même par des nations extérieures.

 

Il est de mon devoir, mes Amis Malagasy, de vous faire part du combat que nous devons mener, actuellement, pour protéger nos ressources nationales.

 

Saviez-vous alors que l’exploitation du nickel et du cobalt -qui font partie du trio de tête de nos richesses-, ne rapporte au peuple Malagasy que 1% sur les véritables bénéfices engrangés ?

 

Cette exploitation rapporte annuellement 1,5 milliard de dollars. Or, seulement 15 millions de dollars reviennent au peuple Malagasy. Cela sur un investissement total initial de 5 milliards de dollars officiellement publié.

 

En faisant un rapide calcul mental, après seulement 3 ou 4 ans, le prix de revient est largement recouvert et les bénéfices seront pharaoniques pour les sociétés qui exploiteront durant des années encore après.

 

Est-ce que cela est juste et équitable, selon vous?

 

Il ne s’agit que d’un exemple concernant les contrats signés par les précédents dirigeants de ce pays! Et je vous le révèle aujourd’hui: c’est parce que je refuse ce genre de contrat que je fais l’objet de pressions de toutes parts.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Lorsque les dirigeants ne volent pas, lorsqu’ils pratiquent la bonne gouvernance, lorsqu’ils n’accumulent pas des richesses publiques à leur profit personnel, ils peuvent, avec les moyens à leur portée, réaliser beaucoup de projets en un court laps de temps.

 

Que dire alors si nous parvenons à mettre en place une nouvelle politique durable concernant la gestion des ressources naturelles et minières dont regorge notre pays?

 

Heureusement qu’aujourd’hui, certains pays sont prêts à travailler avec nous dans un partenariat où priment l’équitabilité et les intérêts  du grand nombre. Dès lors, il nous appartient de choisir avec lequel de ces pays allons-nous travailler en ce sens.


 

 

Ry Malagasy Namako,


 

Les dirigeants ne feront jamais que passer mais les réalisations demeureront toujours.

Nous devons donc continuer à construire.

 

Nous sommes tous conscients des problèmes de circulation automobile dans la Capitale. Nous devons absolument y trouver une solution pérenne.

 

Et c’est ici que je vous annonce avec joie que nous allons construire une nouvelle artère qui reliera la Capitale à l’aéroport international d’Ivato.

 

Ce projet débutera en février prochain et est prévu s’achever dans quelques mois. Certains demanderont d’où viennent les financements? Je réponds: ce ne sera pas de l’argent volé ou emprunté. Il s’agira de nos ressources propres émanant d’une gestion saine des deniers publics.

 

Par ailleurs, je réitère ma promesse concernant le  Centre national professionnel des Sports. Il sera également construit et, dès demain, je vais recevoir des responsables venus de l’extérieur pour voir avec eux tous les détails techniques.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Depuis trois ans, le salaire des fonctionnaires a été augmenté de 10% annuellement. Au total donc, il y a eu une augmentation de 30% durant cette transition.

 

Je reste persuadé qu’il est encore possible, cette année, d’augmenter de 10% ce salaire des fonctionnaires.

 

Et puisque nous avons mis en place un gouvernement d’union nationale, basé sur le partage des responsabilités, je me tourne vers vous, Monsieur le Premier ministre et Messieurs les ministres concernés, pour que vous vous penchiez sur le meilleur moyen de mettre en pratique cette augmentation.

 

Par ailleurs, puisque cela est une coutume, en cette période de l’année, certains concitoyens qui ont dévié du droit chemin et qui ont été emprisonnés, bénéficieront d’une grâce.

 

Ainsi, les condamnés à moins de 5 ans qui ne l’ont pas été pour crime grave, bénéficieront d’une remise de peine comprise entre deux et six mois.

 

Pour les prisonniers âgés de 70 ans et plus, n’ayant commis aucun crime grave, je demande au tribunal de les libérer sans conditions pour qu’ils retournent auprès de leur famille respective.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Nous sommes tous prêts pour la réalisation des élections qui auront lieu cette année.

 

Cela signifie que la Transition arrive à son terme et que nous allons parachever la mise en place des institutions de notre IVè république.

 

Déjà, je remercie tous les responsables à tous les niveaux, tous les citoyens sans exclusive, qui se sont donné et vont encore se donner la main pour l’organisation de ces élections soit impeccable.

 

Je suis persuadé et demeure confiant qu’un avenir radieux s’offre à nous et que tout ce qu’il a de meilleur nous attend.

 

Que cette nouvelle année 2013 soit l’Année de l’Unité!


 

Que la Volonté de Dieu soit faite.

La Patrie est sacrée.

 

Misaotra Tompokolahy, Mankasitraka Tompokovavy!

 

Traduction : Jeannot RAMAMBAZAFY

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 14:19

 

Ry Malagasy Namako manerana ny Nosy,


 

Feno hafaliana ny fo ary ravoravo ny saina amam-panahy satria velon’aina ary nahazo tombon’andro indray isika mianakavy amin’izao anitsahana ny taona vaovao 2013 izao.

Andriamanitra ao an-tampon’ny loha izay mandahatra ny fiainantsika sy ny zava-drehetra no tolorana fisaorana sy dera voalohany indrindra. Koa ny Laza sy ny Voninahitra anie ho Azy Irery ihany!


 

Arahabaina ny Malagasy isam-batan’olona, arahabaina ny isan-tokantrano, ary arahabaina ny Mponina rehetra eto Madagasikara tsy misy ankanavaka, sy ianareo rehetra manatrika etoana tratr’izao Asaramanitra izao.

 

Mankasitraka sy mankatelina ny firarian-tsoa natolotrareo anay mivady.


 

Ho lasan’iny taona nivalona iny anie ny ratsy rehetra, ka mba rariana ho taonan’ny soa sy ny tsara, ary ny fahombiazana ho antsika tsirairay, ity taona vaovao ity, ary indrindra indrindra ny Fitahian’Andriamanitra sy ny Fahasoavany no hirotsaka mandrakariva amin’ny Firenena Malagasy iray manontolo mandritra ny 12 volana vaovao izay ho diavina!


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Efa-taona lasa izay dia niezaka nizotra ho any amin’ny làlan’ny “Fanovàna” isika. Nitolona isika mba hahatratrarana izany tanjona izany. Ary tsy tafiditra tao anatin’ny velam-pandriky ny ady an-trano.

 

Làlan-tsarotra no nodiavina. Tao ny fisedràna, nisy koa ny fingampingana samihafa, ary misy mihitsy aza ny mitady hibaiko ny làlana ho alehantsika.

 

Sarotra ho an’ireo tsy nijoro tokoa manko, sarotra ho an’ireo tsy nitaky fahafahana, ny hahatsapa ny maha-sarobidy izany fanovàna notakiantsika izany.

 

Mba hahafahantsika manome lanjany ny hevitra nijoroantsika, ny fototra natsangantsika, àry ny fanovàna tiantsika napetraka, dia mila mijoro hatrany isika, mila miatrika.


Sarobidy amintsika loatra ny fahafahana :

 

-Ny fahafahana mandray fanapahan-kevitra,

-Ny fahafahana misafidy,

-Ny fahafahana mamaritra ny làlan-kizorana,

-Ny fahafahana mamolavola ny endrim-pandrosoana tiantsika apetraka eto Madagasikara,

-Ny fahafahana mandidy sy manapaka amin’ny harenantsika sy ny fananantsika,

-Maha-saropiaro ahy, maha-saropiaro anao, ary maha-saropiaro antsika loatra izany fahafahana izany.


 

Kanefa tokony ho fantatrao ry Malagasy Namako, fa ny kajikajy pôlitika sy stratejika, volavolain’ny sasany ankehitriny any ambadimbadika any, dia tsy mamela antsika handroso ankalalahana.

Amiko dia manan-jo hisafidy izay tiany ny Malagasy. Ka tsy olona iray na roa, na antokon’olona vitsy, na Firenena avy any ivelany, no handidy sy hanapaka mikasika izay fomba hitondràna ity Firenentsika ity sy ny olona tokony hitantana azy.


 

Azontsika ekena ve izany ? Azontsika leferina ve izany ?

TSIA. Tsy azontsika ekena izany, tsy azontsika leferina, satria sarobidy amintsika loatra ny fiandrianam-pirenena !


 

Tsy nampitahorina ve isika, fa raha tsy misy ny fanampian’ny Fianakaviam-be iraisam-pirenena, dia tsy hijoro mihoatra ny herin-taona ny Fitondràna Tetezamita.


 

Voaporofo anefa nandritra izay 4 taona latsaka izay, fa nizotra araky ny tokony ho izy, ny fampandehanan-draharaham-panjakana.

 

Ny manampi-tsofina no tsy mandre, ary ny minia mikipy no tsy mahita, fa niezaka isika, nanorina isika, nanangana isika ary nametraka isika.


 

Nandritra ny 52 taona niverenan’ny fahaleovan-tena, dia sambany mba nisy hôpitaly 8 manara-penitra indray naorina, manerana an’i Madagasikara.

 

Raha tsiahivina tokoa manko ny nanorenana ny Hôpitalin’ny Antsiranana dia efa tamin’ny taona 1899. Izany hoe 113 taona lasa izay.


 

Tsy porofo ve izany fa efa manomboka mametraka ny fampandrosoana isam-paritra isika, eny, na dia mbola anatin’ny vanim-potoanan’ny Tetezamita aza isika izao.

 

Tsy nasiana zanak’Ikala hafa, fa na ny any avaratra, na ny any atsimo, na ny any antsinanana, na ny any andrefana, na ny eto afovoan-tany, dia iray  ihany ka nampitoviana.


 

Koa iza no mbola afaka hilaza fa tsy ilaina ny hôpitaly? Hôpitaly hitsaboana ny Vahoaka? Hôpitaly hamonjena aina? Hôpitaly hanasitranana ny aretina maro samihafa?


 

Maro tokoa ny aretina tokony ho tsaboina eto Madagasikara, fa indrisy ny aretina tena mikiky eto amin’ny Firenentsika, dia ny aretin’ireo Mpanao Pôlitika sasany, izay tena sarotra sitranina, toy:

 

-Ny aretin-tsainan’ny tsy fijerena afa-tsy ny tenany samirery,

-Ny aretim-pon’ny finiavana hampisara-bàzana,

-Ny aretin-kibon’ny fanaparam-pahefana,

-Ny aretim-bavonin’ny fitiavan-tena,

-Ny areti-mason’ny kolikoly (satria raha vao mandalo ny vola, tonga dia jamba izy ireo),

-Ny areti-mandozan’ny fitiavam-pahefana diso tafahoatra (satria na hahafaty aza, dia atao foana).

 

Matoa isika tsy nandroso hatramin’izay, ary mbola mandia làlan-tsarotra hatramin’izao, dia satria maro ireo tsy madio fo, tsy madio saina sady tsy tia Tanindrazana.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Raha ho asiana resaka indray ny sehatry ny fanatanjahan-tena.

Dia voalohany isika no tompon-dakan’i Afrika teo amin’ny lalao baolina lavalava. Zava-dehibe eo amin’ny tantara izany!


 

Ny tsy fankasitrahana ireo Mpilalao na Athlète-ntsika, ny tsy famporisihina azy ireo hanao ny tsaratsara kokoa, sy ny tsy fanampiana amin’ny ezaka vita, dia famonoana ny afo ao am-pon’izy ireo.


 

Izay no antony nanosika antsika hanorina ny “Kianja Makis” etsy Andohatapenaka. Toerana izay saika nalain’ny sasany ho azy samirery moa, nefa nananganantsika fotodrafitrasa mipetraka ho an’ny taranaka faramandimby.


 

Raha tsiahivina dia tamin’ny taona 1937 no nanorenana ny “Stade Malacam”, izay hany kianja tokana nilalaovana ny baolina lavalava teto amin’ny Firenena. Kianja izay tsy nahafahana akory nandray lalao iraisam-pirenena.

 

75 taona aty aoriana vao tanteraka ny nofinofy, tafatsangana ny kianja manara-penitra.

Ary handray ny “fifaninanana ho tompon-daka eran-tany” amin’ny sokajy “junior” isika amin’ny taona 2014. Mavesa-danja koa izany!


 

Rehefa hita sy azo tsapain-tànana ny ezaka vita, indrindra ka porofoin’ny fibatàna amboara iraisam-pirenena, dia mendrika fanampiana sy fanohanana izany. Izay indrindra no antony tsy maintsy hanampiantsika ara-bola sy ara-pitaovana azy ireo.


 

Ka iza àry? Iza àry no mbola afaka hilaza fa tsy ilaina ny “Kianja Makis”? Ary tsy mendrika ny ho ampiana ireo Mpilalao nasionalintsika ireo.


 

Raha ny tontolon’ny kanto indray no andeha asiantsika resaka, dia sambany ka sambany, no nisy Kianja lehibe sy goavana naorina teto Madagasikara. Dia ny “COLISEUM DE MADAGASCAR” izany, izay tokana aty amin’ny ranomasim-be indianina ary lehibe indrindra aty Afrika.

 

Izay vao mba nisy fijerena akaiky sy fitsinjovana manokana ny fivoaran’ny asan’ny Mpanakanto.

 

Ka iza indray àry no mbola sahy hanambara fa tsy mendrika izany ny Mpanakanto Malagasy?


Nitsinjo ihany koa ireo Mpianatry ny Ambaratonga Ambony isika, satria dia efa tafatsangana avokoa ireo Tranobe fonenan’ny Mpianatra any amin’ny Oniversite rehetra manerana ny Faritany.

 

Manaraka izany, raha iny vita iny ny Lapan’ny Tanànan’Antananarivo, dia ho tokanana amin’ny herinandro ambony indray koa, ny Lapan’ny Tanàna manara-penitra any Toamasina.


Etsy andanin’izany, TRANO MORA aman-jatony maro no nanorina manerana ny faritany rehetra ihany koa, ho an’ireo Tanora vao misandratra.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Eo amin’ny lafiny ara-bola, dia vitantsika hatramin’izao ny nanefa ireo trosa rehetra nobaben’ny Firenana Malagasy.

 

Tsy mbola namorona na nanonta vola tsy misy antoka (na ny atao hoe “planche à billets”) isika. Ary voatazona hatrany ihany koa ny sandam-bola malagasy sy ny heriny, raha hoarina amin’ny sandam-bola vahiny.


 

Ry Malagasy havako,


 

Efa efa-taona lasa izay, no niaraha-nahafantatra, ary efa niomanantsika ara-tsaina rahateo, fa ho sarotra sy ho be fandrimpandrika ny làlana mankany amin’ny “Fanorenana” sy ny “Fanovàna”. Ary amin’izao vaninandro androany izao, dia ao anaty kihon-dalana ny Fiainam-pirenena.Tsy misy intsony ny afaka hiteny, na ho sahy hanambara, fa tsy nahavita isika.


 

Na teo aza ny sakantsakana samy hafa sy ny fanakiviana, tsy nahasakana antsika tsy hiasa sy hiezaka izany rehetra izany. Na iza nanatsatso, na iza naneso, dia azy ny azy, satria ny antsika, dia ny “Asa vita sy ny bainga voavadika” ihany no porofo.


 

Nesorina tamintsika ny fanampiana, nesorina tamintsika ny famantsiam-bola, nesorina tamintsika hatramin’ny fankatoavana aza, fa misy zavatra tsy azo esorina amintsika Malagasy, dia ny fitiavan-tanindrazana izany.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Nametraka ny pôlitikan'ny fitsitsina eo anivon'ny kitapo-bolam-panjakana, ary nanamafy hatrany ny fanatsaràna ny fitantànana isika, mba tsy hisian'ny gaboraraka sy ny fandanindaniam-poana.

 

Raha fintinina dia : niezaka tamin’ny herin’ny tenantsika isika, nametraka ny fanamby, ary dia tratra ny tanjona.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Noresahina sy novoizina tato ho ato ny resaka Zon’olombelona.

Saingy mipetraka ihany ny fanontaniana hoe Zon’olombelona inona sy manao ahoana moa ity tsy maintsy ho arovantsika ity?

 

Fiarovana ny zon’ireo Dahalo mpandripaka Vahoaka sy mpandroba fanan’olona ve? Sa fiarovana ny zon’ireo Vahoaka tsy manan-tsiny?

 

Nandray ny andraikiny ary nanao ny ainy tsy ho zavatra ireo Mpitandro ny Filaminana mba hiaro ny Vahoaka sy ny fananany. Nefa akory ny fahagagana, fa toa misy ny faly, raha mbola tsy voasambotra Remenabila ?


 

Tahaka ny fisian’ireo faly raha tapaka ny famatsiam-bola sy ny AGOA, ka sahirana ny Vahoaka àry very asa ny maro.

 

Sanatria ve dia tonga amin’ilay fitenenana manao hoe : “ny fahorian’ny hafa, ifalian’ny sasany”.

 

Izany no anisan’ireo aretina mila fanasitranana eto amin’ity firenentsika ity. Ny toe-tsaina mihitsy no tokony ho sitranina. Misy toe-tsaina mihevitra fa tokony ho ampiharina sy ho tanterahina rehefa hevitra avy any ivelany, na dia tsy mifanaraka amin’ny soa toavina Malagasy aza izany.


 

Koa satria ve, mampanambady ny samy lehilahy, na ny samy vehivavy ny any ivelany, dia ho terena koa isika hanaraka izany, satria hevitra avy any ivelany, sady lazaina ho fanajàna Zon’olombelona?


 

Toy izany koa ny resaka voizina momba ny fitoniana.

Ny fahalalahana ve dia midika ho fanjakan’i Baroa?

Ny haino aman-jery ve natao :

-Hampizarazara sy handranitana adim-poko? sa natao hitaizàna?

-Hampianarana fikomiana sy fanamboarana fitaovam-piadiana hifamonoana, sa ho fitaovana fampalalaham-baovao?

-Hamingavingàna, sa hifanajàna?

-Hanabeazana, sa hamitàna saim-bahoaka?

 

Misy ireo rafitra eto amin’ny Firenena natokana handrindra izany rehetra izany.


 

Ry Malagasy Namako,


 

Ombieny ombieny aho no efa nilaza fa, azontsika atao tsara ny mampandroso ny farim-piainan’ny Vahoaka Malagasy, amin’ny alalan’ny harena, ananan’ity Firenentsika ity.

 

Ny nandrasan’ny Malagasy tamin’ny Mpanao Pôlitika, indrindra fa ny Mpitondra, dia ny fikarohana ny hevitra sy ny fomba rehetra, mba hifampizarana ny vokatr’ireo harena, ao ambanin’ny tany sy anatin’ny ranomasina, hampandrosoana ny Firenena, fa tsy ho an’ny orin’asa avy any ivelany fotsiny, na ho an’ny Firenen-kafa.


 

Adidiko ny mizara aminao ry Malagasy Namako, ny anisan’ny ady atrehantsika ankehitriny, mba hiarovana ny harem-pirenena Malagasy.


 

Fantatrao ve fa 1% fotsiny, no mba hany anjaran-tombotsoan’ny Vahoaka Malagasy, amin’ny vokatry ny fitrandrahana NICKEL sy COBALT, izay isan’ny harembe sesehena ananantsika?

 

Mitentina “1,5 Milliards de dollars” isan-taona ny vola hiditra amin’izany fitrandrahana izany, nefa dia “15 Millions de dollars” fotsiny no mankaty amin’ny Vahoaka Malagasy.

 

Tsy vitan’izany, lazaina fa “5 Milliards de dollars” ny vola nampiasaina tao, na atao hoe “investissements”.


 

Raha ataontsika izany ny kajikajy tsotsotra, dia eo amin’ny 3 na 4 taona eo fotsiny dia efa tafaverina ny renivolany, ary dia tombontsoa mihoampampana no ho raisin’ireo Mpitrandraka mandritry ny taona maro aorian’izay.

 

Dia rariny ve izany hoy ianao?


 

Izany anefa no santionan’ny fifanarahana natao sonia teto amin’ity Firenena ity! Ary dia tsoriko aminareo androany, fa ny tsy fanekena izany toe-javatra izany, no miteraka olana sy teritery maro atao amin’ny tenako.


 

 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Rehefa tsy mangalatra ny Mpitondra, rehefa miezaka amin’ny fahaiza-mitantana, rehefa tsy mangoron-karena, na ny kely eo am-pelatanana aza, havitàna zavatra betsaka, ao anatin’ny fotoana fohy.

 

Maika moa raha voapetratsika ny pôlitika vaovao sy maharitra ho entintsika hitrandrahana ny harenantsika Malagasy.

 

Soa rahateo fa misy ireo Firenena mifampidinika amintsika ankehitriny, vonona hiara-hiasa amin-kitsimpo, hijery sy hitsinjo ny tombotsoa iraisana. Ary anjarantsika sisa no misafidy azy ireo.


 

Ry Malagasy Namako,


 

Ny Mpitantana mandalo fa ny fotodrafitrasa mitoetra.

Koa tsy maintsy manohy manorina isika.

Hiarahantsika mahita ny fitohanan’ny fifamoivoizan’ny fiara eto an-drenivohitra. Tsy maintsy mitady vahaolana amin’izany isika.


 

Ka eto dia mahafaly ahy sahady ny mampahafantatra anareo, fa hanokatra làlana vaovao isika, hampitohy ny Renivohitra amin’ny seranam-piaramanidina eny Ivato.


 

Izany tetikasa izany dia hanomboka amin’ny volana Febroary izao, ary ho vita afaka volana vitsy.

 

Manarak’izany, dia hamafisiko eto koa ny fampanantenana nataoko, amin’ny tsy maintsy hanorenantsika fotodrafitrasa nasiônaly manara-penitra, hanofanana ireo “Mpanao fanatanjahantena avo lenta”, na “Centre National Professionnel des Sports”.


 

Ary rahampitso moa ny tenako dia efa handray ny Tompon’andraikitra avy any ivelany afaka hifanampy amintsika amin’izany.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Nandritra ny 3 taona dia nampitombona 10% isan-taona ny karaman’ny Mpiasam-panjakana. Izany hoe efa mahatratra 30% izany ny totalin’ny fisondrotrana nandritra ity Tetezamita ity.

 

Ny tenako dia mino sy resy lahatra, fa mbola azo atao tsara ny manondrotra 10% indray, amin’ity taona ity, izany karaman’ny Mpiasam-panjakana izany.


 

Fa satria moa fiarahana mitantana izao vanim-potoana izao, dia mitodika aminao aho Andriamatoa Praiminisitra sy aminareo Minisitra voakasika amin’izany, mba handinika ny fanatanterahana izany fisondrotana izany.


 

Ary satria koa moa eo amin’ny fotoanan’ny Asaramanitra toy izao, dia zary efa fomba fanaontsika ny manome fanalefahan-tsazy ho an’ireo Mpiray Tanindrazana diso làlana, ka voafonja.

 

Koa ho an’ireo izay voasazy 5 taona no midina, ka tsy nanao heloka be vava, dia omena famontsoran-keloka manomboka amin’ny 2 volana ka hatramin’ny enim-bolana izy ireo.

 

Ary ho an’ireo rehetra izay feno 70 taona no miakatra, ka tsy nanao heloka be vava ihany koa, dia angatahana ny Fitsarana mba hamotsotra tanteraka azy ireo, mba hiverenan’izy ireo any amin’ny Fianakaviany.


 

Tompokolahy sy Tompokovavy,


 

Efa samy vonona ny rehetra amin’ny fanatanterahana ny fifidianana amin’ity taona ity.

 

Hamarana ny Tetezamita izany isika, ary hiroso amin’ny fananganana ny rafitry ny Repoblika faha-efatra.

 

Misaotra sahady ireo Tompon’andraikitra isan’ambaratongany sy ny olom-pirenena rehetra tsy ankanavaka, izay hifarimbona sy hifanome tànana  hahatontosa an-tsakany sy an-davany izany fifidianana izany.

 

Mino sy matoky ny tenako fa : ho avy mamiratra no manoloana antsika, ny soa sy ny tsara indrindra no miandry antsika.

 

Koa ho taonan’ny firaisankina anie ity taona vaovao 2013 ity !


Ho tanteraka anie ny sitrapon’Andriamanitra.

 

Masina ny Tanindrazana.

 

Misaotra Tompokolahy, Mankasitraka Tompokovavy!

Repost 0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 19:44

 

Les Présidents Shimon Peres et Andry Rajoelina

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Retour au pays du Président de la Transition

 

Après avoir mené un pèlerinage en Israël, où il a également été reçu par le Président israélien, SEM Shimon PERES, le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, est arrivé au pays, par le vol régulier de Air Madagasikara, ce Lundi 07 Janvier 2013 dans la matinée.

 

Antananarivo, le 07 Janvier 2013

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition

 

_____________________________________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Président RAJOELINA reçu par le Président PERES

 

Le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, a été reçu, ce Mercredi 02 Janvier 2013 à Tel-Aviv, par le Président Israëlien, SEM Shimon PERES.

La rencontre entre les deux hautes personnalités a été axée sur la relance des relations entre Madagascar et Israël.



A cette occasion, SEM Shimon PERES a annoncé à SEM Andry Nirina RAJOELINA que Israël est prêt à accompagner et à soutenir Madagascar notamment dans le secteur du développement.

A cet effet, des experts israéliens vont œuvrer dans ce sens pour dégager, en collaboration avec de hauts responsables malgaches, les grandes lignes et stratégies afférentes.

Par ailleurs, le domaine de la sécurité a également été traité durant cette rencontre, hautement positive, entre les deux Présidents.

Ainsi, Israël va accompagner, sur tous les plans, Madagascar dans ce domaine pour que le Peuple malgache vive dans la quiétude, dans la sérénité et dans la paix, afin de pouvoir s’atteler à ses tâches et attributions quotidiennes pour le développement de sa Nation.



Ce Jeudi 03 Janvier 2013, le Président RAJOELINA a fait une prière à la Nation et au Peuple malgaches au légendaire « Mur des lamentations », pour que ceux-ci vivent dans la sérénité et dans la paix. Prière qu’il a inscrite au Livre approprié à cet effet.



Rappelons que bon nombre de Chefs d’Etat du monde, dont Barack Obama à la date du 24 Juillet 2008, ont également fait leur prière à leur Nation et Peuple respectifs au « Mur des lamentations ».

 

Antananarivo, le 03 Janvier 2013

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition

Repost 0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 12:13

 

La tombe du Roi David sur le mont Sion

 

N°001 -P.T/SGP/COM.13

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Président RAJOELINA et sa famille en pèlerinage en Israël


Le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, et sa famille se sont envolés pour Israël, ce lundi 31 décembre 2012 dans la soirée, afin d'y effectuer un pèlerinage.

 

L'occasion leur sera offerte, notamment, de se recueillir sur la tombe du Roi David.

Par ailleurs, durant ce séjour en Terre Sainte, le Chef de l'Etat aura  des entretiens avec les principaux hauts dirigeants de l'Etat  hébreux.

Les détails de ce périple présidentiel feront l'objet d'ultérieurs communiqués de presse.

Antananarivo, le 01er Janvier 2013

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition

Repost 0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 11:49

 

 

Message à la Nation de M. Andry Rajoelina

Président de la Transition de Madagascar

Lundi 31 décembre 2012


TRADUCTION LIBRE


Malagasy mes Amis à travers toute l'île,


Dans quelques heures, l'année 2012 va s'achever. Beaucoup de choses se sont passées durant cette année qui arrive à son terme.

Il y a eu ce que nous avons pu constater de visu et que nous avons inauguré malgré les embûches semées tout le long cette année écoulée. Des embûches qui se dressent jusqu'au jour d'aujourd'hui.

Néanmoins, c'est drapés de Courage, de Volonté et d'une Foi inébranlable que nous avons pu réaliser tous les défis que nous avions relevé.

Nous avions effectivement relever des défis, et c'est sans ambages que nous pouvons affirmer que les objectifs sont atteints, parce qu'actuellement, nous commençons à récolter les fruits des bons grains que nous avons semés, si nous ne parlons que des nombreuses infrastructures à vocation sociale qui ont été érigées.


Malagasy mes Amis,


Il est désormais prouvé que le développement régional n'est pas un vain mot, car:

  • Nous avons pu construire et faire fonctionner huit (08) hôpitaux aux normes internationales à travers Madagascar,

  • Des centaines de villas mises en location-vente (“Trano Mora”) ont été construites à travers la Grande île,

  • Il en est de même pour toutes les universités, dotées chacune de nouvelles cités (“Trano be Fonenan'ny Mpianatra”),

  • Le monde entier est, à présent, informé que le Coliseum de Madagascar, à Antsonjombe, n'est pas resté une promesse sans lendemain, mais est devenue une réalité: la plus grande infrastructure socio-culturelle de l'Afrique australe et de cette région sud-ouest de l'océan Indien,

  • Mais le Temple du rugby baptisé “Kianja Makis”, construit à Andohatapenaka, n'est pas en reste,

  • Dans notre démarche de montrer la voie aux dirigeants pour un redressement drastique de notre compagnie aérienne nationale, nous avons concentré nos efforts pour doter Air Madagascar de deux Airbus A-340.

En résumé:

  • Nous avons déployé beaucoup d'efforts,

  • Nous avons construit et bâti,

  • Et nous avons laissé un héritage durable aux générations futures.

    Tout cela, dans une période difficile, comme une transition, et sans l'aide de financements extérieurs.


Mesdames et Messieurs,


Toutefois, la perfection n'étant pas de ce monde, il y a des lacunes que nous devrons combler ensemble.

Ainsi de :

  • L'abus de pouvoir qui transparaît toujours de la part de certains responsables au niveau de chaque échelon,

  • Notre impossibilité de nous être fixés sur la création d'emplois en raison de la définition même de ce qu'est une période transitoire. Période temporaire que nous vivons encore,

  • La corruption dont nous devrons extirper les racines profondes,

  • Le manque de transparence en matière de concours administratifs.

    Tout cela demande des efforts fournis et continus.

Dans le domaine de la sécurité, les Dahalo ont démontré une forme nouvelle de terrorisme, particulièrement dans le Sud.

En effet, les populations ont été réellement terrorisées. Beaucoup ont perdu tous leurs biens si d'autres y ont laissé la vie. Toutefois, nous pouvons affirmer que, dans le Sud, la vie a repris son cours normal à l'heure actuelle.

Ici, je tiens à féliciter personnellement les éléments des forces de l'ordre qui ne se sont pas ménagés pour assumer leurs devoirs et accomplir la mission que leur a confiée les instances gouvernementales de la Transition.

Ils ont laissé femmes et enfants des mois durant et, malheureusement, certains d'entre eux sont morts en service commandé.

Si nous nous sentons vraiment Malagasy, nous devons encourager ces éléments de nos forces de l'ordre au lieu de les blâmer comme le font certains hauts responsables dont les propos ne font qu'envenimer la situation et donner un coup de fouet aux actes de banditisme, actuellement.

Mesdames et Messieurs,

L'Etre humain se trouve toujours face à des choix :

  • Union ou désunion ?

  • Haine ou Amour ?

  • Poings serrés ou main dans la main ?

  • Détruire et ruiner ou bâtir et construire ?

  • Reculer ou avancer ?

A l'aube de la nouvelle année 2013, moi, vous, nous tous ensemble, avons besoin de nous concentrer sur tous ces choix et leurs conséquences.

Et c'est justement en ce dernier jour de l'année qu'arrivent le moment de l'introspection et l'heure du bilan.

Aussi, j'appelle tout un chacun, sans exception, à se pencher consciencieusement sur tout ce qu'il a ou n'a pas accompli durant l'année écoulée et à prendre des résolutions pour l'année à venir.

Nous Malagasy, avons notre savoir-faire et également la Foi et la Confiance en Dieu.

Et c'est pour cette raison que j'ai la foi et la confiance que cette nouvelle année 2013 sera accueillie par des Malagasy qui s'aiment mutuellement, des Malagasy unis, des Malagasy qui se donnent la main pour bâtir un nouveau Madagascar dans un environnement social tout aussi neuf.


Malagasy, mes Amis,


Je ne saurais clore ce message sans me tourner vers :

  • Ceux qui se sentent seuls, isolés,

  • Les orphelins,

  • Ceux qui ne sont pas en bonne santé,

  • Ceux sans défense, livrés à eux-mêmes,

  • Vous, mes Amis Malagasy, qui vivez dans l'anxiété et la souffrance pour diverses raisons.

  • A travers ce message simultanément télévisé et radiodiffusé, je viens dans chacun de vos foyers pour vous souhaiter une fin d'année sereine et emplie de confiance en l'Avenir. Que cette année nouvelle nous apporte, à tous, des lendemains irradiés de joie, de bonne santé et de réussite.

    Enfin, en cette veille du nouvel an 2013, je souhaite tout le bonheur possible à chacun d'entre vous, ainsi qu'à toutes vos familles respectives.

    Que la miséricorde de Dieu soit sur nous tous et qu'Il nous protège.


    LA PATRIE EST SACREE !

    Misaotra Tompokolahy, Mankasitraka Tompokovavy !

    Traduction: Jeannot Ramambazafy – 31 décembre 2012

Repost 0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 05:10

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Messe de Noël de la Famille présidentielle à l’ECAR Saint Esprit Manantenasoa

 

Pour célébrer Noël, ce Mardi 25 Décembre 2012, le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, accompagné de son épouse et de ses trois (3) enfants, a choisi d’assister à la messe de Noël, de 8h30 à 11h30, avec plus de 7000 croyants de l’ECAR Saint Esprit Manantenasoa – Akamasoa.

A la fin de la messe, le Président de la Transition, dans un bref discours, a souligné la particularité de cette fête : « Noël 2012 est la 24ème fête de la Nativité du Père Pedro à Madagascar mais c’est la première fois qu’un Chef d’Etat a assisté à une messe de Noël sur ce lieu. Noël est une fête à passer en famille. C’est pourquoi, nous avons choisi de la passer avec vous. Nous, moi et ma famille, sommes très émus de pouvoir passer Noël avec vous. Nous y sommes venus avec le cœur et l’esprit plein d’amour. Notre prière de tous les jours est que toutes les guerres cessent, que le monde entier retrouve la paix et la sérénité et que l’amour règne surtout à Madagascar. Ma propre prière est que la pauvreté soit éradiquée à Madagascar. Par ailleurs, nous avons des pensées particulières pour les orphelins, les malades, et les gens tristes et solitaires en ce jour de Noël ».

Dans la foulée, le Président RAJOELINA a tenu à exprimer sa profonde reconnaissance à l’endroit du Père Pedro : « Dans tous mes déplacements à l’extérieur, surtout lors des sommets ou forums internationaux, les œuvres sociales menées par le Père Pedro Opeka sont reconnues sur la scène internationale ».

Par ailleurs, le Père Pedro Opeka a exprimé, à maintes reprises, au nom de la grande famille de l’Akamasoa, les remerciements à l’endroit de la famille du Président de la Transition : « la venue du Président Rajoelina à Manantenasoa en ce jour de Noël a été une réelle surprise. Ce n’est qu’hier dans la fin de l’après-midi qu’on nous a prévenu que la famille présidentielle sera avec nous à la messe de Noël et nous sommes très honorés et très contents de les avoir parmi nous en ce jour de Noël ».

Antananarivo, le 25 Décembre 2012

Le Chargé de la Communication
auprès de la Présidence de la Transition

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 08:02

C'est bientôt la fin du monde pour l'année 2012. Dans quelques jours, l'Humanité va vivre 2013. Nul ne sait de quoi cette année au drôle de nombre nous apportera. En attendant, en ce qui concerne Madagascar, il est bon de faire une rétrospective des quatre dernières années, en se basant sur les réalités et vérités historiques. Les grandes lignes d'une sixième transition malgache, après celle de Gabriel Ramanantsoa, Richard Ratsimandrava, Gilles Andriamahazo, Norbert Ratsirahonana et Albert Zafy. J'étais présent à toutes ses étapes de l'Histoire politique de Madagascar. Seuls les imbéciles, les ignorants et ceux qui n'étaient jamais présents à ces moments-là diront et/ou écriront autre chose, en se basant sur le culte de la personnalité. Mais si les histoires ne peuvent résister à l'épreuve du temps, l'Histoire de l'Humanité elle-même, ne peut s'inventer ni être corrompue. Que chacun assume ses actes devant l'impitoyable Tribunal de... l'Histoire.

En fait, la révolution orange, menée par le maire Andry Rajoelina, remonte à décembre 2008. Bien que c'est le 3 novembre 2007 qu'il s'est décidé à entrer en politique, en se portant candidat au poste de maire de la Capitale de Madagascar. Décision issue de l'affaire « Trivision » remontant en 2004, sous le maire Patrick Ramiaramanana, un « Tiko boy » ayant œuvré à l'usine d'Andranomanelatra... Un autre épisode vrai de l'Histoire.

Le 13 décembre 2008, le pouvoir Ravalomanana décide de fermer la chaîne de télévision Viva TV, propriété de M. Rajoelina. Cette chaîne avait diffusé l'intégrale des déclarations de l'ancien président Ratsiraka, à partir de Neuilly où il vit en exil depuis 2002.

Parallèlement, le scandale de l'affaire de terres vendues à Daewoo éclate, doublé de l'achat d'un jet à 60 millions de dollars qui a amèné les bailleurs de fonds à se poser des questions pour, finalement, suspendre toute aide bilatérale à l'Etat malgache. A partir de ce mois de décembre 2008, les opposants qui n'avaient jamais réussi à ébranler le régime Ravalomanana, remettent sur le tapis la mainmise de la famille Ravalomanana sur l'économie nationale malgache, à travers l'entreprise Tiko qui était devenu un empire, monopolisant pratiquement tous les secteurs lucratifs en s'accaparant la majorité des marchés publics.

Le 17 décembre 2008, le Maire Rajoelina lance un ultimatum pour la réouverture de sa station. Celle-ci restera pourtant fermée.

Le 14 janvier 2009, l'ultimatum expire. Andry Rajoelina convoque la presse pour lui faire part de la suite qu'il compte mener face à la surdité du régime en place à l'époque.

Le 17 janvier 2009, c'est une foule monstre qui débarque au jardin d'Ambohijatovo où sera inaugurée la Place de la Démocratie. Après des déclarations fustigeant le régime, ce sera la première descente vers la Place du 13-mai, connue pour avoir défait tous les régimes précédents.

Le 26 janvier 2009, les manifestants deviennent incontrôlés et incontrôlables : la maison de la radio et de la télévision nationales est incendiée. Puis, tout bascule dans l'horreur. Ce sera le fameux « Lundi noir ». Des individus difficilement identifiables s'en prennent aux sociétés appartenant au président Marc Ravalomanana (Malagasy Grossiste -MAGRO-, Blue Print, Auditorium...), les incendiant après les avoir dévalisées. Mais cela s'étend à des sociétés privées et à des sociétés appartenant à des investisseurs étrangers. Curieusement, Les forces de l'ordre ont brillé par une absence totale. Ces actes de pillage aveugles vont s'étendre sur l'ensemble de la Grande île où se trouvent des sociétés liées à l'empire Tiko.

Le 31 janvier 2009, sur la Place du 13-Mai, Andry Rajoelina annonce qu'il allait prendre en charge les affaires de l'Etat. Il déclare qu'à partir de cet instant, c'est lui qui donne les ordres aux forces de l'ordre et que les bureaux et l'administration seront fermés le 2 février. Mais le 3 février 2009, le Maire Rajoelina est destitué de ses fonctions pour être remplacé par un PDS (président de délégation spéciale).

7 février 2009. Sur la Place du 13-Mai, Andry Rajoelina nomme Monja Roindefo, Premier ministre de la HAT (Haute autorité de la transition). A la demande des centaines de milliers de personnes réunies en ce lieu, il est décidé d'aller vers le palais d'état d'Ambohitsorohitra, pour y installer ce Premier ministre. Et c'est l'horreur : les gardes de la présidence tirent aveuglément et sans sommation sur la foule. A balles réelles. Bilan officiel : 28 manifestants tués, 212 blessés. Mais ces chiffres sont en-dessous de la réalité.

Le pouvoir Ravalomanana décide alors de mettre en branle la machine administrative. Avec le concours de mercenaires qui encadrent les éléments de l'EMMONAT armés d'un arsenal chinois, une véritable chasse à l'homme est organisée à travers toute l'île. Le 6 mars 2009, poursuivi par la justice, sous le coup d'un mandat d'arrêt, Andry Rajoelina trouve refuge à l'ambassade de France.

Le 11 mars 2009, alors qu'il croyait encore tenir les choses en main, Marc Ravalomanana se retrouve face aux militaires du CAPSAT, qui ne sont pas d'accord avec les actions de répression aveugle menées par l'EMMONAT. Dans la nuit du 15 mars au 16 mars, l'armée décide d'apporter son soutien à Andry Rajoelina. Elle prend le contrôle du palais d'Ambohitsorohitra.

Le 17 mars 2009, confronté à la réalité, Marc Ravalomanana annonce à la radio et à la télévision qu'il dissout son gouvernement et qu'il remet ses pouvoirs à un directoire militaire. Puis, il disparaît littéralement dans la nature. Dans la soirée de ce même 17 mars, à l'Episcopat d'Antanimena, après des débats houleux devant des ambassadeurs dont celui des U.S.A., les membres de ce directoire militaire inventé de toute pièce, remettent les pouvoirs à Andry Rajoelina.

Le 18 mars 2009, la Haute cour constitutionnelle (HCC) entérine cette passation extraconstitutionnelle issue d'un acte tout aussi extraconstitutionnel commis par Marc Ravalomanana (selon la Constitution de la IIIè république : en cas de vacance du président de la république, c'est le président du Sénat qui le remplace), pour combler le vide au sommet de la nation. Le 21 mars 2009, au stade de Mahamasina, c'est l'investiture officielle d'Andry Rajoelina en tant que Président de la Haute autorité de la transition (HAT). Mission : organiser des élections sous 24 mois et rédiger une nouvelle constitution en vue d'instaurer la IVe République.

Mais les choses vont se compliquer avec les mensonges éhontés de Ravalomanana qui réapparaît au Swaziland. Le 25 mars 2009, devant les hautes instances de la SADC, il affirme « qu'il a fait l'objet d'une menace avec un pistolet braqué sur sa nuque et qu'il a été obligé de s'enfuir dans la forêt avec sa famille ». Le mythe du « coup d'état » à Madagascar a ainsi été créé, relayé par des sites et autres blogs créés dans ce but, avec l'argent de Ravalomanana, mégalomane devenu mythomane.

A partir de là, la SADC va entrer dans un jeu infernal en impliquant les deux autres présidents malgaches, Didier Ratsiraka et Zafy Albert, tous jetés hors du pouvoir dans des conditions identiques à celles qui ont mis bas Ravalomanana. Et la crise traînera en longueur, avec des menées subversives financées par les milliards de Ravalomanana, à partir de l'extérieur. Trois ans durant, des rencontres seront organisées dans plusieurs capitales de pays africains membres de la SADC : Maputo, Addis-Abeba, Luanda, Seychelles (île Desroches), Dar es Salaam... Toutes affublées du nom de« rencontres de la dernière chance ». Pour qui ? Mais rien n'en sortira, permettant de faire avancer les choses concrètement. Entre-temps, tout aura été fait pour tenter d'abattre Andry Rajoelina, jusqu'à des attentats sur sa personne physique. Mais il était écrit que plus rien ne réussira à Marc Ravalomanana à force de mensonges éhontés et pour avoir trop prononcé le nom de Dieu afin de tenter de retrouver ses pouvoirs qu'il a lui-même laissé filer entre ses mains.

Il faudra attendre la nuit du 16 au 17 septembre 2011 pour enfin aboutir à un cadre légal signé par tous, sauf Didier Ratsiraka qui n'avait vraiment rien à voir avec la révolution orange. Cette nuit-là, à l'hôtel « Le Paon d'Or » à Ivato, est signée la Feuille de route pour la mise en place d'un gouvernement consensuel et inclusif. Andry Rajoelina reste président de la Transition tout court et exerce les fonction de Chef d'Etat. Mission : aboutir à la tenue d’élections crédibles, libres et transparentes à Madagascar.

Le 1er août 2012 au siège de la CENI-T à Alarobia, c'est l'annonce conjointe CENI-T/Nations Unies, du calendrier pour les élections à venir :

* 08 mai 2013 : élection présidentielle 1er tour ;

* 03 juillet 2013 : élection présidentielle 2è tour jumelée avec les élections législatives ;

* 23 octobre 2013 : élections communales simultanées des membres des Maires et des Conseils communaux et municipaux.

Quoi qu'il puisse arriver, la boucle est bouclée. Ce sera la plus longue période transitoire qu'aura connu Madagascar. Qui se présentera ? Combien seront-ils ? Nous le saurons au cours d'une nouvelle page de l'Histoire de Madagascar qui débutera en janvier 2013. Un sacré nombre.

Jeannot RAMAMBAZAFY – 27 décembre 2012

 

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 00:18

 

25-DECEMBRE-2012-AKAMASOA 0322

COMMUNIQUE DE PRESSE

Messe de Noël de la Famille présidentielle à l’ECAR Saint Esprit Manantenasoa

Pour célébrer Noël, ce Mardi 25 Décembre 2012, le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, accompagné de son épouse et de ses trois (3) enfants, a choisi d’assister à la messe de Noël, de 8h30 à 11h30, avec plus de 7000 croyants de l’ECAR Saint Esprit Manantenasoa-Akamasoa.

A la fin de la messe, le Président de la Transition, dans un bref discours, a souligné la particularité de cette fête : « Noël 2012 est la 24ème fête de la Nativité du Père Pedro à Madagascar mais c’est la première fois qu’un Chef d’Etat a assisté à une messe de Noël sur ce lieu. Noël est une fête à passer en famille. C’est pourquoi, nous avons choisi de la passer avec vous. Nous, moi et ma famille, sommes très émus de pouvoir passer Noël avec vous. Nous y sommes venus avec le cœur et l’esprit plein d’amour. Notre prière de tous les jours est que toutes les guerres cessent, que le monde entier retrouve la paix et la sérénité et que l’amour règne surtout à Madagascar. Ma propre prière est que la pauvreté soit éradiquée à Madagascar. Par ailleurs, nous avons des pensées particulières pour les orphelins, les malades, et les gens tristes et solitaires en ce jour de Noël ».

Dans la foulée, le Président RAJOELINA a tenu à exprimer sa profonde reconnaissance à l’endroit du Père Pedro : « Dans tous mes déplacements à l’extérieur, surtout lors des sommets ou forums internationaux, les œuvres sociales menées par le Père Pedro Opeka sont reconnues sur la scène internationale ».

Par ailleurs, le Père Pedro Opeka a exprimé, à maintes reprises, au nom de la grande famille de l’Akamasoa, les remerciements à l’endroit de la famille du Président de la Transition : « la venue du Président Rajoelina à Manantenasoa en ce jour de Noël a été une réelle surprise. Ce n’est qu’hier dans la fin de l’après-midi qu’on nous a prévenu que la famille présidentielle sera avec nous à la messe de Noël et nous sommes très honorés et très contents de les avoir parmi nous en ce jour de Noël ».

Antananarivo, le 25 Décembre 2012

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition 

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 00:02

 

24-DECEMBRE-2012-AMBOHITSOROHITRA 0235

COMMUNIQUE DE PRESSE

A Ambohitsorohitra : la Présidence fête le quatrième et dernier Noël sous la Transition

Le Coupe présidentiel a convié, lundi, la grande famille de la Présidence de la Transition à fêter Noël 2012 au « Green »du Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra.

Plus d’un millier de personnel, accompagné de leurs familles respectives, ont assisté à ce grand rendez-vous familial qui se tient chaque année au sein de cette première institution de l’Etat, avec le Président de la Transition, SEM Andry RAJOELINA, et sa famille.

Le Secrétaire Général de la Présidence, Haja André RESAMPA, au nom de tout le personnel, a prononcé un bref discours de vœux et de remerciement à l’endroit du Couple présidentiel à cette occasion : « Malgré les différents problèmes du contexte actuel, le régime transitoire enregistre de belles réalisations. Toutes ces infrastructures construites au cours de cette année 2012 sont les plus beaux cadeaux de Noël offerts au Peuple malgache » a-il-déclaré.

Pour sa part, le Président RAJOELINA a rappelé l’importance de la fête de la Nativité pour chaque famille : « Noël est un moment de partage durant lequel se réunit toute la famille. C’est la raison pour laquelle nous sommes ici aujourd’hui. Je tiens à remercier la grande famille de la Présidence en général mais plus particulièrement les agents qui travaillent pour cette Première Institution de l’Etat pour votre solidarité, votre persévérance et votre précieuse collaboration. Je vous souhaite un joyeux Noël et déjà, de très bonnes fêtes de fin d’année et de nouvel an».

Le Président de la Transition a également souligné la particularité de ce Noël 2012 en cette période du régime transitoire : « Cette occasion se tient entre la grande famille de la Présidence une fois par an. Aujourd’hui, nous passons Noel ensemble ici à cet endroit pour la quatrième fois. Je vous promets que ce sera le quatrième et dernier Noel que nous passerons ensemble sous ce régime de la Transition », a ajouté le Chef de l’Etat, dans son allocution.

Chaque année, il est de coutume de féliciter le doyen du personnel de la Présidence qui partira très bientôt à la retraite ainsi que le plus jeune des enfants des employés. Ils ont chacun reçu un cadeau spécial, en plus du panier garni, de la main du Président de la Transition, Andry RAJOELINA, et son épouse, en guise de reconnaissance.

Après le déjeuner avec le couple présidentiel au « Green »du Palais d’Ambohitsorohitra, chaque employé de la Présidence a reçu un panier garni contenant du riz, d’huile, du lait, du savon, du sucre, du sel, des friandises ainsi que des poulets. Les milliers d’enfants présents à cette festivité ont également eu leur part de gaieté dans la mesure où le Couple présidentiel leur a remis des jouets pour combler leur joie en cette période de fête de la Nativité.


Antananarivo, le 25 Décembre 2012

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition 

Repost 0

De La Vision Aux Actions

  • : Le blog des actions d'Andry RAJOELINA
  • Le blog des actions d'Andry RAJOELINA
  • : TRANSFORMER NOTRE VISION EN ACTIONS. Lancement de cette stratégie du Président Andry Rajoelina, le samedi 6 novembre 2010, au Palais des Sports de Mahamasina à Antananarivo
  • Contact

Dossiers